On ne parle plus que de lui. Après avoir été évincé par la voiture pendant des décennies, son usage en ville revient en force, répondant à la saturation de la circulation, à la prise de conscience du réchauffement climatique, au besoin d’une activité physique dont l’intensité se situe entre la marche et la course. Et si on remontait à vélo à Bois-Colombes ?

Améliorer le vélo à Bois-Colombes

Nous redécouvrons un moyen de transport que nous croyons connaître, mais qui a beaucoup changé. Et ce n’est qu’un début : plus esthétique, plus confortable (la selle, la posture), plus simple (la transmission à cardan par exemple), il est aussi devenu plus rapide grâce à l’assistance électrique. La recherche et développement, qui progresse à pas de géant, en fera bientôt un véhicule léger, puissant, totalement connecté, sécurisé, abrité des intempéries, tirant des charges lourdes ; le vélo constitue alors une réelle alternative pour les trajets inférieurs à 20 km, soit l’essentiel de nos déplacements en ville.

Pour autant, son usage se heurte encore à des réticences légitimes. Si l’assistance électrique met le vélo à portée de tous les âges et de toutes les conditions physiques, il est encore réputé dangereux et coûteux.

Dangereux, moins en raison des chutes (on trouve aujourd’hui des casques avec airbags) que des chocs avec les voitures ou les camions.  La réponse est limpide : il faut séparer physiquement les protagonistes par des voies en site propre, l’aménagement des carrefours, des voies dédiées. C’est pour cela que les voitures doivent se garer dans des parkings souterrains, encore à créer à Bois-Colombes ; il faut libérer des voies au-dessus pour les vélos ; ou, si les rues sont trop étroites, réaliser un marquage au sol pour sensibiliser les automobilistes au partage de la chaussée. Et la multiplication des vélos peut présenter des risques pour les piétons, surtout lorsqu’ils manquent de voies aménagées et doivent emprunter les trottoirs 

Coûteux, le vélo peut l’être s’il est à assistance électrique, et qu’il faut le racheter à la suite d’une perte ou d’un vol.

De nombreuses solutions existent :

  • La location longue durée d’un vélo à assistance électrique (VAE) avec Véligo en Ȋle-de-France. Lancé il y a un an, la formule est un grand succès !
  • Les Vélib. Il est urgent d’implanter des stations à Bois-Colombes
  • Des parkings à vélo sécurisés, en particulier autour de la gare du centre  (nouveau mobilier urbain).
  • Plusieurs villes en France offrent un exemple convainquant d’un aménagement pensé autour du vélo : Strasbourg, Grenoble, La Rochelle… 

L’association « Parlons vélo » a récemment publié son baromètre où les usagers de la ville ont attribué la note de F à Bois-Colombes. Et demain, quelles solutions à Bois-Colombes ? C’est toute notre ambition, que vous pouvez découvrir dans notre projet ici.

Catégorie(s)
Mots-clés

Pas encore de commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *